« MORTS POUR LA FRANCE »

ETUPES

 

image002

1870-1871

E. CURIE - A. GABRY - F. C. DONZE - F.C. PECHIN - F.C. VAUTHIER.

1914-1918

AMSTUTZ Jean - BOUVET Charles - CHOPART Emile - DEPLANCHE Delphin - DONZE Henri - DONZE Pierre - GLARDON Louis - GREYS Emile GROSRENAUD Julien - GROSRENAUD Paul - LAB Louis - MAILLOT Paul - METTETAL Auguste - PECHIN Frédéric - PERDRIZET Frédéric - PERLET Charles - PEUGEOT André - RIGOULOT Alfred - SAURET Joseph.

1939-1945

AIRAUT Paul - AMSTUTZ Maurice - BARBIER Robert - BOURGEOIS Léon - BOUVET Gilbert - BOUVET Maurice - CARDOT Alfred - GRUET René  GUEDAT Jules Iris - HERMETET Lucien – INCONNU - ISELIN Henri - KIEHOFERT François - LECHINE André – MICHEL - MENETRE Fernand  METTETAL Charles - METTETAL René - TISSOT Georges - WIDMER Daniel.

 

image004

Tombe INCONNU – Tué le 4 juillet 1944 au pont canal - Commune d’Etupes

Inauguration le 8 mai 1995

 

Première victime de la Guerre 1914-1918 – Caporal Jules André PEUGEOT

Le caporal Jules André PEUGEOT est né à Etupes le 11 juin 1893 d’une mère institutrice au village et d’un père employé chez Japy à Beaucourt. En 1912, il obtient son premier poste d’instituteur « Au Pisoux » dans le haut Doubs. Le 26 novembre 1913, il est appelé sous les drapeaux pour trois ans et est incorporé au 44 Régiment d’Infanterie à Montbéliard. Promu Caporal, le 1er avril 1914, il est admis à suivre des cours de formation au grade d’officier de réserve. Son unité en raison des menaces de guerre est portée à la frontière d’Alsace. Elle se retire de 10 kilomètres le 30 juillet en application des ordres donnés au 7ème Corps d’Armée par le Ministre de la Guerre. Le samedi 1er août 1914, fut décrétée la mobilisation générale. Le dimanche 2 août, le caporal Peugeot se trouvait  avec quatre hommes vers la ferme Docourt située à l’extérieur de la commune de Joncherey. Vers 10 heures du matin, il entendit une jeune fille crier « voilà les Prussiens ». Effectivement, il aperçut un officier allemand et quelques hommes. La guerre n’étant pas déclarée, le caporal Peugeot s’avança pour l’arrêter. L’officier allemand saisissant son révolver tira plusieurs fois. Une balle atteignit le Caporal Peugeot ; Il épaula son fusil et visa l’officier allemand qu’il blessa mortellement, et s’affaissa. Ses obsèques furent célébrés le 4 août au temple d’Etupes par le pasteur Poivez.

Le 3 décembre 1915, le caporal Peugeot est cité à l’ordre du régiment.

Un monument avait été érigé en 1922 sur le territoire de la commune de Joncherey, détruit par les  troupes allemandes puis reconstruit en 1959.

 

image006

 

image008

 

Source : des extraits du dépliant de la Fédération Nationale des Anciens Combattants - Congrès National septembre 1988 à Etupes.

 

Retour accueil