FESCHES LE CHATEL

 

Vue générale « quartier du Rondelot »

 

 

 

 

 

Malgré quelques découvertes de la période gallo-romaine, Fesches le Châtel n’apparaît qu’au XIIIe siècle sous la forme d’un village subdivisé en deux fiefs et doté d’un château. Le premier est incorporé en 1282 dans la Seigneurie du Bélieu, seigneurie que la Comtesse Henriette rachète en 1424 avant d’en affranchir les habitants en 1431. Le second appartenait en 1294 à la famille de Cusance. Le château s’élevait sur une éminence artificielle ou « Motte » féodale citée en 1314, (il se trouvait vers le moulin, ancienne gendarmerie).Il resta toujours dans le domaine comtal et semble avoir été détruit au XVe siècle.  Le moulin rebâti en 1797 par un certain Jean Pierre BELEY, devint la gendarmerie en 1923,  déplacée depuis à Etupes vers 1980.

Village ancien situé au bord de l’Allan et extension dans le vallon de la Feschotte à 9 kilomètres au nord est de Montbéliard. Le vieux village était installé au bord de l’Allan au confluent du ruisseau de la Feschotte. La nouvelle agglomération s’est développée de part et d’autre et le long de la petite vallée de la Feschotte avec une rue d’usine et des habitations ouvrières et pavillonnaires situées surtout sur le versant nord.

Le site de Fesches  Chatel était assez complexe. Il possédait encore au moyen âge deux autres annexes : Fesches-Moulins et Magny.

Fesches-Moulins était situé entre Fesches-Badevel , Fêches l’Eglise et Fesches le Chatel. Un pré encore dénommé « Fesches-Moulin » fut acheté par la seigneurie de Montbéliard en 1747 pour y installer un moulin qui fut, 70 ans après, remplacé par une des usines JAPY fabriquant des vis à bois (actuellement commune de Dampierre les Bois).

Magny, ce hameau jouxtait Fesches-Moulins et Dampierre disparu avant 1460 suite à un litige entre Dampierre et Fesches.

Voies de communication :

Fesches le Châtel est traversé de plusieurs routes – C.D. 121 – C.D.  121 e – C.D 209.

Depuis 1825, le canal du Rhône au Rhin coupe la plaine de l’Allan.

 La voie de chemin de fer Montbéliard – Audincourt - Delle, construite entre 1865-1868, passe à Fesches le Châtel et desservait les usines (1895). La station fut ouverte aux voyageurs jusqu’en 1937.

Le nom du village :

Fesches le Chastelot 1282-1294, 1314,  1442, 1449 - Feschia XIVe siècle-   Fesches la Prel 1650, 1834 - Fesches le Château XVIIème - Fesches le Châtel XIXème.

Patois : Fetches ou Fietches ;

Surnom : Lai Cailloulus (lanceur de pierres).

Cadastre : établi en 1835 - Superficie communale 347 hectares dont 152 en forêts.

Situation administrative : Ancien Régime – Comté de Montbéliard. Révolution,  Empire : 1793 : département de la Hte Saône, district de Montbéliard, canton d’Audincourt. 1797 : département du Mont Terrible, canton d’Audincourt – 1800 : département du Haut Rhin, arrondissement de Porrentruy, canton d’Audincourt. XIXe –XXe siècles.- 1816 : département du Doubs, arrondissement de Montbéliard, canton d’Audincourt, jusqu’en 1982, puis canton d’Etupes.

Equipement :

Maison commune : 1846–1930 – Nouvelle mairie, poste, école marché : avant 1969 – Ecoles : 1846-1882 (maternelle, école mixte 1890-1905) – 1909 (au Rondelot) – Monuments aux morts 1920 – Adduction d’eau 1844-1929 -

 Population :

1411 : 7 feux – 1552 : 13 feux – 1652 : 7 feux – 1688 : 41 hab. – 1751 : 133 hab. – 1826 : 220 hab. – 1886 : 1394 hab. – 1901 : 1994 hab. – 1911 : 2212 hab. - 1926 : 2397 hab. –  1936 : 2236 hab. – 1954 : 2407 hab. – 1968 : 2346 hab. – 1975 : 2288 hab. -  1982 : 2263 hab. – 2002 : 2167 hab.

Familles existant au XVIIIe siècle :

AUBERT (S) – BELEY – BLASER – BOIJOL (S) – BOUILLON – BOUSQUIN – BRAND (S) – CALAME (S) – CALLET – CHARBOUTET – CRETIN – CUENOT-GUENOT – DEGAT (S) – DORIOT – ETIENNE (S) – GOL – GROSJEAN (S) – HUMBERT (S) – JACQUOT – LEBOEUF – LECLERC – LAFRANCE – MANCHE – MANGE – MONNIN (S) – MOUDON (S) – PAUR – PECHIN – TISSOT (S) – SAUER – STIEDEL – VOURRON -| (S, veut dire vient de Suisse).

Histoire religieuse :

Catholicisme : Ancien Régime – Diocèse de Besançon avant 1540, doyenné d’Ajoie, filiale d’Etupes - XIXe siècle rattaché à Dampierre les Bois(1855) – XXe siècle Diocèse de Belfort - Montbeliard.

Protestantisme : Filiale de la paroisse catholique d’Etupes, la Réforme y fut introduite en 1541. D’abord annexe de la paroisse de Dampierre les Bois, Fesches le Châtel devient annexe de celle d’Etupes en 1588. L’expansion démographique du XIXe siècle amena la construction d’un temple en 1869 (pour s’attirer les bonnes grâces des habitants du pays de Montbéliard en l’occurrence leur vote, Napoléon 3 a participé au financement du temple de Fesches le Châtel).

La population ouvrière continuant de croître la firme Japy proposa au Synode la création d’un poste pastoral qu’elle prendrait à sa charge. En 1901, un pasteur fut installé à Fesches selon cette convention qui dura jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. En 1946, la firme JAPY n’assura plus la charge financière du salaire pastoral et la paroisse fut restructurée dans le cadre de l’union Synodale, avec Dampierre qui n’avait plus de pasteur. La paroisse actuelle, depuis 1966, a reçu une autre filiale avec le village d’Allenjoie.

 

Le Temple et l’ancienne Mairie

 

 

 

La commune  a obtenu au printemps 2007 LE PREMIER PRIX NATIONAL « DES ENTREES DE VILLE ».

Il faut également noter la rénovation intérieure et extérieure du Temple, la mise en valeur de la Fontaine-Lavoir et la rénovation de l’Ancienne Mairie/Ecole. C’est un travail considérable qui a été accompli. Tous ces travaux ont pu être réalisés grâce à la dynamique de l’équipe municipale sous la direction de son maire Charles DEMOUGE.

 

 

Le Temple et l’Ancienne Mairie/Ecole

 

 

 

Retour accueil